Adolph Hitler nazi 3e reich himmler
Partagez cet article:

Histoire: Hitler est-il vraiment mort en 1945? (Spoiler: oui!)

** Ce texte sur la conspiration entourant la mort d’Adolph Hitler est une collaboration de M. Jérémie Rivard.  Chaque semaine, Jérémie nous présente et analyse une théorie complotiste en lien avec l’histoire. Enseignant au secondaire en français et en histoire, Jérémie est également l’animateur du podcast historique Sur la terre des hommes. (Podcast dans lequel je suis co-animateur) **

On tend souvent à ne pas vouloir accepter la mort d’un personnage marquant de notre histoire lorsque celui-ci disparaît dans des circonstances douteuses ou qui ne sont pas à la hauteur de sa réputation.

Nous n’avons qu’à penser à Elvis, mort dans sa salle de bain d’une overdose de barbituriques ; à John Lennon, assassiné devant chez lui ou à John F. Kennedy dont la mort demeure toujours mystérieuse pour plusieurs.

Le roi incontesté des morts surprenantes, voire insolites, est celle d’Adolf Hitler. Devant l’avancée des Soviétiques à l’Est et des Américains à l’ouest de Berlin, le Führer et sa jeune épouse Eva Braun se seraient suicidés dans leur bunker face à la Chancellerie du Reich.

Adolf Hitler, le sinistre personnage responsable de la Seconde Guerre mondiale ayant causé la mort de dizaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants ; de la quasi-annihilation des Juifs d’Europe se serait simplement tiré une balle dans la tête ?

Est-il possible que le corps retrouvé ne soit pas celui d’Hitler, mais bien celui d’un sosie volontairement placé dans l’antre afin de faire croire au trépas du dictateur allemand ? Vous devinez la réponse, mais regardons cela de plus près.

Une histoire mystérieuse: La Mort D’Hitler

Du jour où il prend le pouvoir en 1933 à sa débâcle complète en 1945, Hitler semble être à l’épreuve de tout. Fait plutôt mal connu, Hitler a été plus souvent qu’à son tour visé par des tentatives d’assassinat, et ce, même à l’intérieur de ses rangs.

Nous n’avons qu’à penser au déploiement de l’Opération Walkyrie qui avait pour but de tromper la vigilance autour du Führer afin que le colonel Claus Von Stauffenberg dépose aux pieds du Führer une mallette explosive lors d’une réunion des têtes dirigeantes du IIIe Reich.

Opération Valkyrie
Claus Von Stauffenberg à gauche de l’image / Photo: picture alliance

Le résultat : plusieurs blessés graves, mais Hitler s’en sort qu’avec quelques égratignures et une paranoïa exacerbée. Les coupables seront dénoncés et fusillés quelques jours plus tard.

Hitler n’aurait pas dû survivre à une telle déflagration. Une photo a immortalisé le moment où Von Stauffenberg rencontra le Führer juste avant d’entrer dans la salle de réunion de la Tanière du Loup où l’attentat fut perpétré.

Von Stauffenberg se trouve à la gauche de la photographie, esquissant un sourire nerveux au dictateur. Suite à cet échec, on raconte que Hitler est à l’épreuve de tout, même de la mort elle-même.

Quelques mois plus tard, Hitler se suicida

Comment un homme ayant une réputation de Surhomme peut en arriver à lâcher les armes et se tirer une balle dans la tête ? Revenons en arrière. Depuis la création du NSDAP dans les années 1920, le parti n’a fait que croître.

Passant du petit parti de travailleurs, il devint au début des années 1930 un véritable rouleau compresseur. Avec l’aide d’une machine de propagande bien huilée, le Parti Nazi a réussi à se hisser au pouvoir en prônant des idées racistes, intolérantes et surtout antisémites.

La grande majorité du peuple allemand adhérait aux idées nazies, non pas car le peuple allemand était raciste et antisémite, mais bien parce que la propagande avait fait son œuvre.

De plus, les nazis galvanisaient les foules en promettant une revanche de la défaite humiliante de la Première Guerre mondiale. C’était une idée séduisante.

Devant les victoires éclairs de l’armée allemande en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Belgique et en France, Hitler n’est plus qu’un dirigeant qui tient parole, il devient un Dieu. Le ministère de la propagande dirigé par Joseph Goebbels instaure un culte de la personnalité autour du dictateur.

Dès le début de la guerre, Adolf Hitler est l’Allemagne et l’Allemagne est Hitler, phrase prononcée à répétition à la radio, les journaux et par Rudolf Hess lors des grands rassemblements publics.

Une fin de vie sous le signe de la déchéance

Dans les derniers mois de sa vie, Hitler est méconnaissable aux yeux de ses proches collaborateurs. En plus d’être affecté par la tentative d’assassinat menée par Von Stauffenberg, il souffre de plusieurs pathologies qui minent grandement sa santé physique dont la principale est la maladie de Parkinson.

Il n’est plus en mesure de livrer de longs discours enflammés comme quinze ans auparavant et ses ordres sur le déroulement de la guerre sont de plus en plus confus et impossibles.

Hitler jeunesse hitlérienne
Dernière apparition publique d’hitler en 1945 / Photo: LeSoir.be

D’ailleurs, devant l’obstination de son chef d’état-major Heinz Guderian de refuser d’obéir à ses ordres, Hitler le démettra de ses fonctions en juillet 1944. Il prend alors le contrôle total de l’armée nazie. Cette prise de contrôle sera, à mon avis, fatale pour le Troisième Reich, malgré le fait que son sort était presque scellé.

Il n’ordonnera pas la retraite de ses troupes sur le front de l’Est qui se font massacrer par les troupes soviétiques. L’Armée rouge entrera dans Berlin et fera face à un régiment de réservistes composé essentiellement d’adolescents et de vieillards indisposés à combattre. 

Il est désolant de constater que le Reich était prêt à sacrifier jusqu’au dernier allemand afin de préserver l’idéologie. La capitale tombera le 30 avril 1945 après plusieurs jours de combat. Adolf Hitler se donnera la mort, avec son épouse Eva Braun, quelques heures avant que les Soviétiques n’atteignent le bunker.

Est-il vraiment mort ce jour là?

Le corps d’Hitler sera incinéré à l’extérieur du bunker par des soldats SS, comme le Führer l’avait noté dans son testament quelques jours plus tôt. Les corps sont consumés en quasi-totalité.

Hitler est-il vraiment mort ce 30 avril 1945 ? Plusieurs en doutent pour plusieurs raisons. Premièrement, jusqu’à tout récemment, le corps d’Hitler n’a jamais été retrouvé. Erreur.

Pendant toutes ces années, l’Union soviétique qui deviendra la Russie, avait caché une partie de la mâchoire retrouvée à l’endroit où Hitler avait été incinéré. Mais est-ce vraiment sa mâchoire ?

Nous y reviendrons. Toujours est-il que la rumeur voulant qu’Hitler ait échappé à la prise de Berlin par les Alliés a fait couler beaucoup d’encre pendant des décennies.

La principale rumeur veut que Hitler se soit enfui en Amérique du Sud afin d’échapper à la justice. Comme plusieurs nazis, Hitler se serait enfui par bateau et aurait trouvé refuge en Argentine ou plusieurs anciens collaborateurs l’attendaient comme Adolf Eichmann ou Josef Mengele. Il serait mort en 1959.

"preuve" que Hitler n'est pas mort en 1945
Photo qui « prouverait » qu’Hitler a vécu en Argentine / Photo: Lepoint.fr

Est-ce que c’est une histoire possible?

N’oublions pas un fait important, le dictateur était déjà très malade avant la chute du Troisième Reich, comment aurait-il pu survivre à tant de stress en étant le fugitif le plus recherché de la planète ?

Ensuite, s’il y avait eu un doute sur une possible fuite du Führer, je crois fermement que les Alliés auraient mobilisé tout l’Occident afin de mettre le grappin dessus. Ce n’est qu’une supposition, mais malgré ses 56 ans, Hitler est un homme profondément hypothéqué.

Il souffrait de la maladie de Parkinson et était accro à des antidouleurs pour ses maux d’estomac et à la méthamphétamine qui, disait-on, faisait en sorte qu’il pouvait rester debout et demeurer alerte. Comment un homme aussi malade aurait pu être si difficile à capturer ?

La légende de cette évasion est très séduisante si on considère que le corps d’Adolf Hitler n’ait jamais été retrouvé dans les décombres de Berlin. La preuve irréfutable qu’Hitler est mort dans son bunker le 30 avril 1945 a été cachée des yeux de tous pendant plus de soixante ans. Les dents ne mentent pas. Une partie de mâchoire supérieure fut retrouvée près du Führerbunker.

Voyant cela, des soldats de l’Armée rouge l’emmenèrent directement à Staline, à Moscou. Ce dernier ne voulait plus aucune trace de son homologue allemand. On lui rapporta donc ce bout de mâchoire en espérant qu’il s’agisse de celle du principal intéressé.

Le secret le mieux gardé de l’Union Soviétique?

Depuis maintenant près de trente ans, la Russie expose les dents en les présentant comme celles de Hitler, mais est-ce vraiment les siennes ? En 2016, le médecin légiste français de renommée Philippe Charlier est autorisé à y pratiquer une autopsie.

Des fragments de crâne sont aussi mis à sa disposition. Concernant les dents, une radiographie dentaire de Hitler réalisée en 1944 aide Charlier à constater que les dents de la radio et celles qu’il tient dans ses mains sont les mêmes. De plus, Hitler était végétarien et elles présentent toutes les caractéristiques de ce type de régime. Ensuite vient le crâne.

dents de Hitler
La dentition d’Hitler / Photo: Forbes

Il présente un trou d’environ six millimètres sur sa calotte. Hitler, selon les témoignages reçus après la guerre, s’était tiré une balle dans la tête en enfonçant le canon dans sa bouche.

Donc, ce trou confirme qu’il s’agit de la façon dont Hitler s’était suicidé. En 2018, après deux années d’analyse, le verdict tombe : la mâchoire et les fragments de crâne sont bien ceux d’Adolf Hitler, Führer du Troisième Reich et responsable de millions de morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

70 ans plus tard… la mort de Hitler

Il aura fallu plus de soixante-dix ans afin de confirmer que Hitler était mort ce 30 avril 1945. Serait-il juste de se demander ce que Staline et l’Union soviétique voulaient faire de ces reliques ?

Pourquoi laisser le monde dans le doute quant à la mort du dictateur responsable du plus grand conflit armé de l’Histoire ? Staline détestait de tout son être Hitler. Une haine qui remonte à la transgression du pacte germano-soviétique.

Peut-être s’agissait-il d’une vengeance contre l’homme ayant la mort de millions de russophones alors qu’il leur avait promis qu’il ne les attaquerait jamais. Ainsi, Staline et les Soviétiques conserveraient ce qu’il resterait de cet homme et le cacheraient à la face du monde pendant un demi-siècle.

-Jérémie Rivard

Continuez votre lecture:

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *