Partagez cet article:

La Grande régression américaine

« Si les États-Unis voyaient ce que les États-Unis font aux États-Unis, les États-Unis envahiraient les États-Unis pour les libérer les États-Unis de la tyrannie des États-Unis »

Cette phrase humoristique circule depuis un certain temps sur les réseaux sociaux.

Mais elle soulève du même coup une réflexion importante.

Est-ce que nous sommes des témoins en direct de l’effondrement à venir des États-Unis ?

Car chaque jour qui se lève semble amener la plus grande puissance mondiale encore plus près du précipice. Et ce n’est pas très positif pour un pays voisin et dépendant comme le Canada.

Le constat des dernières années.

Nous n’avons qu’à penser au renversement de Roe v. Wade par la Cour suprême, de la tentative d’insurrection du 6 janvier 2021, des innombrables fusillades et le droit aux armes à feu, de la montée des groupes d’extrême droite comme les Prouds Boys et de la radicalisation au grand jour des mouvements évangéliques.

Jamais le pays n’a été aussi près de l’implosion depuis la Guerre de Sécession.

Pourtant, au lendemain de la 2e Guerre mondiale, les États-Unis sortent les grands gagnants, avec l’URSS, dans le nouvel équilibre du pouvoir mondial.

Le monde bipolaire de la Guerre froide profite grandement à la diffusion du mode de vie américain : The American way of life.

Plus important encore, après dissolution de l’URSS en 1991, les Américains sont littéralement devenus les maîtres du monde, les gendarmes de la planète.

Un monde où les États-Unis feront régner la paix, la démocratie et la justice partout où le besoin s’en fait sentir.

Le Nouvel Ordre Mondial

De leur contrôle d’une grande partie de l’Amérique du Sud, aux nombreuses guerres menées au nom de la lutte aux communismes et aux terroristes, les Américains sont depuis près de 100 ans la plus grande puissance économique, culturelle et militaire sur la planète.

Leur influence est présente sur tous les continents.

Malgré la montée en puissance de la Chine, il s’agit encore du pays le plus riche du monde, ayant de loin le plus gros budget militaire de la planète.

En effet, près de 40 % du budget militaire mondial est celui des États-Unis. Il est plus important que celui de la Chine, la Russie, l’Inde, la France, le Royaume-Uni, l’Arabie Saoudite, l’Allemagne et le Japon réunis.

Malheureusement, depuis les années Bush Jr, le pays de l’oncle Sam a perdu beaucoup de son lustre et de sa puissance au niveau international. Sa réputation en a également grandement écopé.

Les guerres ultras couteuses, et surtout inutiles en Irak et en Afghanistan, ont montré que le pays le plus puissant du monde avait ses limites.

Et ces échecs se font sentir aujourd’hui. Ils ont permis l’émergence de nouvelles puissances alternatives, la Chine et la Russie en tête.

De plus, la société américaine est loin d’être homogène.

En fait, il s’agit du pays où l’on retrouve la plus grande quantité de citoyens et d’habitants issus de l’immigration. Ajoutez-y près de 300 ans d’esclavagisme en provenance de l’Afrique.

Complétez avec des descendants d’origines coloniales britanniques et vous avez la composition de la population américaine actuelle.

De plus en plus de conflits internes, principalement raciaux et socioéconomiques, viennent affaiblir encore plus le pays. Nous n’avons qu’à penser à toute la situation raciale à laquelle les Afro-Américains sont confrontés.

Chaque jour semble lever le voile sur une situation tragique et brutale face aux populations qui n’ont pas d’origines anglo-saxonnes.

D’ailleurs, de plus en plus d’événements violents ont lieu aux quatre coins du pays.

Un sentiment de révolte habite une grande partie de la population américaine. Elle ne se gêne plus pour le démontrer, souvent dans la violence et le chaos.

Ajoutez un écart de plus en plus important entre les riches et les pauvres. Vous avez la recette parfaite pour un soulèvement populaire.

Donald Trump et l’instrumentalisation de la haine.

La présidence de Donald Trump est un effet direct de cette situation socioéconomique.

Il représentait le sauveur de la grandeur américaine pour une partie importante de la population, surtout dans les comtés les plus ruraux.  

En l’espace de moins de 4 ans, il a affaibli la démocratie américaine à un niveau ou nous sommes en droit de nous demander si nous y assisterons à sa disparition prochaine.

Le plus gros coup de massue est sans aucun doute la nomination de 3 juges ultras conservateurs à la Cour suprême.

C’est grâce à ces nominations que le droit à l’avortement est révoqué. Et la Cour suprême ne fait que commencer son travail de destruction.

On pourrait même l’appeler « La Cour suprime », car c’est ce qui risque d’arriver avec la remise en question prochaine du droit à la contraception, au mariage homosexuel et aux principes d’égalité pour tous.

Donald Trump a ainsi été la main vengeresse d’une partie importante de la population américaine qui a l’impression de « perdre » le contrôle de leur pays.  

Celui de la droite évangélique anglo-saxonne « de souche ».

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, la place de dieu et de la religion sont centrales dans l’exécution du pouvoir aux États-Unis.

« In god we trust »

C’est la devise officielle des États-Unis depuis 1956. On la retrouve même sur chaque pièce de monnaie. Elle tire son origine dans la version originale de la « Star-Spangled Banner » de 1814.

Il faut aussi savoir que les États-Unis ont été fondés par les Puritains, des ultra-religieux britanniques voulant une nouvelle terre promise pour leur dévouement à dieu.

Cette influence religieuse basée sur le protestantisme a donc toujours été très présente dans la politique et la société américaine.

Est-ce qu’aujourd’hui cette influence les mènera à leur perte ?

Nous aurons sans doute une réponse dans les prochaines années. Mais on peut déjà affirmer qu’il sera très difficile.

Cette grande régression prendra des décennies aux Américains pour s’en relever, s’ils s’en relèvent…

– Jonathan « le Prof » St-Pierre

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.