actualité anxiété
Partagez cet article:

De l’actualité à l’anxiété

Deviens supporteur de Jonathan le Prof

** Ce texte sur l’anxiété en lien avec l’actualité est une collaboration de Mme Gabrielle Sangollo. Gabrielle est étudiante à la maîtrise en gestion de l’environnement et coordonnatrice de projets en agroforesterie et en séquestration de carbone.**

Je n’écoute pas souvent l’actualité, ça me déprime trop et ça me donne de l’anxiété.

Ce soir j’ai pris le temps.

Ayoye.

Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit sur ce qui se passait dans le monde.

Bien honnêtement, là maintenant, ce qui se passe c’est bien au-dessus de mes capacités intérieures à ne pas m’exprimer et à garder mon sang-froid.

Sérieusement je ne sais plus quoi vous dire.

l’Actualité est bouleversante

Je viens de lire sur les feux de forêt en méditerranée, de la Grèce en Turquie par l’Italie. Ça après avoir vu les inondations mortelles en Allemagne et en Chine. En Colombie-Britannique c’est 270 incendies qui sont présentement en cours.

Puis Haïti avec un tremblement de terre dévastateur, cerise sur le sundae, tempête tropicale qui s’abat sur l’ile. Question de s’assurer de bien anéantir la population après l’assassinat de leur président le mois passé.

On continue avec la prise du pouvoir des talibans en Afghanistan. Bonjour les droits et libertés, la paix et l’harmonie.

Je comprends que le passeport de vaccination vient danser avec les limites de nos droits acquis.

Mon but n’est pas de partir un débat là-dessus.

Je me suis fait vacciner.

Je suis bien avec ma décision parce que les 5000 articles que j’ai lus m’ont dit que ça aiderait ma santé et celles des autres, c’était suffisant pour moi.

Pour mettre les choses en perspective

Je vais à l’école à temps partiel pendant que je travaille à temps plein. J’ai un programme spécialisé fait sur mesure pour les professionnels qui me coute des « peanuts » pour une éducation de deuxième cycle universitaire.

Il y a deux ans, je me suis ouvert le pied à Bali et je me suis fait rapatriée en première classe avec Qatar pour mes douze points de suture.

Mimosa et assiette de fromage comprise pour digérer mes antidouleurs payés par ma compagnie d’assurance.

Ça, c’est des droits acquis.

Citoyen de première classe qu’on dit.

Les femmes en Afghanistan ne pourront même plus aller à l’école. Droit qu’elles viennent à peine d’avoir. Elles doivent bruler les traces de leurs réussites. Les bruler comme si toutes leurs vies méritaient de finir en flammes. Comme dans la méditerranée et à Kamloops.

Crois-moi que le service champagne et jus d’orange n’était pas compris pour ceux qui se sont accrochés aux ailes pour partir de leur pays.

C’est plus de 600 personnes qui voulaient monter dans un avion pour se sauver, tu imagines ?

Tu ne chiales pas parce que le bébé pleure dans la rangée en arrière dans ton vol vers Tulum, que tu viens de gagner en te faisant vacciner.

Lundi passé, le GEIC publiait son rapport sur les changements climatiques.

Mon pauvre Hugo vous expliquera que j’en ai pleuré.

Ce qui se passe en Haïti c’est ça.

Les feux de forêt et les inondations c’est ça aussi.

Des catastrophes naturelles à plus grandes échelles et plus fréquentes.

Des augmentations de température dévastatrices.

Alors qu’en ce moment c’est ça qui se passe. C’est une bribe de toutes les choses, j’ai laissé derrière l’explosion du Liban et les répercussions vécues depuis l’an passé.

Je n’ai pas parlé des milliers d’enfants amérindiens retrouvés morts ni des problèmes politiques en Colombie.

C’est de la petite lecture.

Je suis très reconnaissante de vivre ici, au Québec, au Canada.

Oui je sais, le système de santé est défaillant, et c’est long attendre aux urgences. Mais on en a un !

Et puis en plus, il est « gratuit » !

On a des services pour tout et pour rien, ce n’est pas parfait, mais c’est là.

Le Canada est le 19e pays sur un classement de 162 pays en termes d’indice d’égalité des genres pis il est 16e en termes de développement humain sur 189 pays et territoires (l’ONU). L’Afghanistan était 169e avant le retour au pouvoir des Talibans…

Mes droits et libertés pour aller au gym et manger du McDo en ce moment je les trouve vraiment dérisoires.

Je les trouve injustes.

C’est injuste qu’on ait des services tout compris pour que la population se porte mieux, et qu’on ne prenne pas toutes les chances qu’on a.

Je comprends que ça ne soit pas la même bataille, mais est-ce qu’on ne pourrait pas manifester pour la paix dans le monde, l’égalité des femmes, le racisme, pour des causes déshumanisantes qui se doivent d’être humanisées ?

Le droit à l’eau potable pour tous, radier la faim dans le monde ?

Pour que les gouvernements enclenchent le pas (genre demain) sur les changements climatiques.

Et demander aux milliardaires d’arrêtent de se battre pour aller dans l’espace ?

Est-ce qu’on peut tu prendre 5 minutes pour regarder la chance qu’on a et l’apprécier.

Juste le temps d’un moment.

Ça me ferait vraiment plaisir…

Gabrielle Sangollo

Continuez votre lecture:

Partagez cet article:

Un commentaire sur “De l’actualité à l’anxiété”

  • Salut Gabrielle (et mes sœurs et frères followers! 🙂 ),

    Le regard que tu portes sur le monde qui nous entoure fait complètement écho en moi…mince consolation…quoi que…
    Se sentir ‘compris’ est parfois (du moins chez moi) le début d’un grand espoir que tout, peut-être, avec un peu de chance, serait encore possible…

    Pour moi la seule façon de garder mon sang froid face à tout ce qui se passe (climat, tensions sociales, dénuement absolu des uns, répugnante opulence des autres,… ) et à l’anxiété que ça ferait naître en moi, c’est de me rappeler à quel point ‘ma perception des choses en tant qu’humain’ est limitée.

    Juste ‘un cerveau d’humain’ pour englober la ‘totalité du réel’ ; j’ai eu des centaines (plus..?) d’occasions de constater à quel point mes perceptions et croyances sont fragiles et à quel point je suis dépassé et aliéné.
    Juste l’idée d’être venu au monde pour manger des choses auxquelles j’ai ‘enlevé la vie’ pour rester en vie moi-même me sidère….

    Je vois bien que j’aurais ‘une préférence’ sur la manière dont je souhaiterais que les choses évoluent (plus de partage, de pérennité, de fraternité,…). Mais je suis glacé d’effroi quand je constate que la réalisation de ‘mon monde meilleur’ pourrait passer par ‘faire la guerre à tout ceux qui s’y opposent’…. :-/

    Donc je fais ‘mon petit bonhomme de chemin’ en luttant de toutes mes insignifiantes forces pour ‘mes idées’ “de gauche” ; et en me rappelant que je me suis souvent trompé.
    Et en sachant que militer ‘à gauche’, en Amérique du nord (en occident…?), c’est s’exposer ‘à perdre’ 9 fois sur 10 parce que les moyen$, disproportionnés, sont contre nous…

    Donc l’important n’est pas tant ‘notre victoire’ que la conviction que je ne me serai battu “du bon bord” c-à-d : pas directement ‘pour ma petite personne’ mais pour tenter (souvent maladroitement) de tendre vers “l’autre”.

    Et dans tout ça, je persiste surtout à croire qu’à chaque instant, quoique j’en pense et peu importe la peine, la colère ou l’effroi que ça me procure ; le ‘Réel’ fait le mieux qu’il peut avec ce qu’il a sous la main (même si je ne comprends (évidemment) pas où il veut en venir).

    Laisse ‘ta bonne étoile’ (ou ce que tu veux) te guider et ‘comprendre’ ce qui nous échappe. ❤️🤗⭐️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.