Omicron
Partagez cet article:

Le Québec, Omicron et la société distincte

Quand nous avons été informés que le premier ministre Legault convoquait les médias et la population à 18 h pour une conférence de presse, nous avons tous eu ce sentiment de déjà vu. Un sentiment de malaise et de crainte s’est propagé aussi rapidement qu’on peut attraper le nouveau variant Omicron.

Finalement, 18h.

L’annonce tant attendue est maintenant tombée. 

Après un excès de confiance et des annonces que plusieurs trouvaient hâtives, le gouvernement recule encore une fois sur ces consignes annoncées seulement quelques jours plus tôt. 

Limite de 50% dans les commerces, retour du masque en classe, fermeture de certains lieux à risques, etc. 

Mais le problème n’est pas ici. 

Il est clair qu’il faut s’adapter à la situation épidémiologique. Nous sommes toujours en pandémie mondiale, et les choses vont vite. Et c’est justement la que je me questionne sur la stratégie de la santé publique et du gouvernement. 

Mais il est arrivé la même chose était arrivée l’an passée. 

Comme si le gouvernement et le directeur de la santé publique n’avait pas appris de leurs erreurs. Notre gouvernement semble être retombé dans le piège.

Et pourtant, tout comme à chacune des vagues précédentes, les signes avant courreurs étaient déjà clairement identifiés et visibles. Nous avions déjà de nombreux indicateurs en provenance de l’Europe et d’ailleurs dans le monde. 

Le variant Omicron frappe déjà le vieux continent de plein fouet. Et comme dans toutes les vagues précédentes, ce n’était qu’une question de temps avant que la situation traverse l’Atlantique. 

Pourtant, on a fait comme si rien était. Comme si le Québec était immunisé ou coupé du reste du monde. 

Est-ce un aveu de l’échec de notre gouvernement d’intéragir et réagir aux différents effets géopolitiques de la planète?

Est-ce de l’arrogance? Du déni? De l’incompétence? Ou autre?

J’ai l’impression qu’on a joué à l’autruche et qu’on s’est imaginé que tout va bien aller ici, malgré que ce soit le bordel partout ailleurs au même moment.

Est-ce notre façon de croire que nous sommes une société distincte?

Il ne faut pas se demander pourquoi les gens sont fâchés, découragés et au bout du rouleau. Ils commencent à avoir l’impression qu’on rit d’eux. 

Il ne faut pas se surprendre non plus si les gens adhèrent de moins en moins aux consignes. 

Le gouvernement récolte les conséquences de ses actions et inactions. En reculant sur ses paroles, exactement comme il l’a fait 1 an plus tôt, il nous montre qu’ils n’ont pas retenu la leçon : NE PAS SE PROJETER TROP LOIN DANS LE TEMPS.

Si nous avons appris une chose depuis 21 mois, c’est que tout peut basculer en un instant. 

Est-ce que ce sera trop peu trop tard? J’espère que non. Je ne souhaite tout de même pas que la situation dégénère. 

Nous pourrons nous en reparler en janvier. 

Mais chose certaine, un jour, certaines personnes devront être imputables de certaines décisions qui ont été prises depuis mars 2020. 

Surtout avec une élection provinciale en 2022….

Jonathan le Prof St-Pierre

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.