covid-19
Partagez cet article:

COVID-19 : Où en sommes-nous 2 ans plus tard ?

** Ce texte sur l’état de la pandémie de Covid-19 est une collaboration de M. Jérémie Rivard. Enseignant en histoire, Jérémie est également l’animateur du podcast historique Sur la terre des hommes. (Podcast dans lequel je suis co-animateur) **

Après deux ans de pandémie, notre manière de voir la société, voire la vie en général, semble avoir changé, dans mon cas du moins. Jamais je n’aurais pensé que je serais en accord avec mon gouvernement pour l’imposition d’un couvre-feu à 22 h.

Jamais je n’aurais pensé être en accord avec mon gouvernement pour recevoir 3 doses d’un vaccin pour entrer dans un restaurant (quand ils sont ouverts). Jamais je n’aurais pensé être en accord avec mon gouvernement d’imposer une contribution-santé aux gens qui refusent le vaccin contre la Covid-19. Même chose pour la fermeture des écoles pour contrer la vague Omicron.

Jusqu’à aujourd’hui.

Cette pandémie, je l’ai vécue sur plusieurs plans, comme chaque humain sur cette planète. Étant en couple avec une infirmière qui doit y faire face jour après jour depuis deux ans, je peux vous confirmer le stress qui en découle.

Ayant un enfant en CPE et en étant enseignant, nous nous posons la même question tous les matins en prenant notre café : est-ce que c’est aujourd’hui qu’on va l’amener à la maison ?

La paranoïa nous submerge, comme des centaines de millions de personnes dans le monde.

Cependant, il faut rester honnête intellectuellement et se demander si nous sommes en train de déraper.

Au moment où j’écris ces lignes, Omicron frappe comme un tsunami. Les cas sont innombrables. Les tests PCR sont réservés aux personnes à risque et à certains travailleurs.

Les tests rapides sont si rares que plusieurs se demandent s’ils en auront un jour. La Covid-19 se répand comme jamais. Le nombre d’hospitalisations monte en flèche (2900 au Québec en date du 13 janvier 2022).

De même pour les patients aux soins intensifs (presque 300 à la même date). Le système de santé est au bord de l’effondrement, oui, par manque de lits, mais surtout par manque de personnel dans tous les milieux de la santé. L’épuisement a davantage raison du personnel en santé que de la Covid-19 elle-même.

Nos travailleuses et travailleurs de la santé qui tiennent ce système archaïque à bout de bras depuis deux ans n’en peuvent plus. Nos gouvernements essaient tout et n’importe quoi pour empêcher Omicron de continuer ses ravages, mais si au fond, il n’y avait rien à faire ?

Nous sommes malgré tout des privilégiés.

La vague Omicron est si avancée que même la vaccination purement obligatoire de toute la population ne pourrait rien y faire. Nous pouvons nous compter chanceux de vivre dans l’un des pays les plus riches de la planète.

Nous pourrions avoir tous les vaccins que nous voudrions pour encore des années que nous les aurions. Le problème n’est pas là. Il est sous nos yeux et nous refusons de le voir. La réalité est que moins de 50 % de la population mondiale est vaccinée. Les mutations (variants) importantes naissent dans ces endroits où la population est très peu vaccinée. Source : OMS.

La vérité réside peut-être bien dans le fait que cette pandémie se terminera par elle-même, avec ou sans 75 % de la population mondiale vaccinée. Le virus de la Covid-19 est là pour rester, comme la Grippe espagnole qui est entrée dans sa forme endémique après deux ans de ravage. Sommes-nous prêts de cette phase endémique de la Covid-19 ?

Plusieurs experts pensent que oui !

Je ne veux surtout pas sonner comme quelqu’un qui est contre les mesures sanitaires en place, peu importe le pays où vous vous trouvez.

Il y a une chose qui est sûre toutefois : 2022 sera l’année de l’acceptation où nous devrons vraiment recommencer à vivre avec la Covid-19 parmi nous. Les non-vaccinés continueront à ne pas vouloir se faire vacciner. Rien ne les fera changer d’avis, peu importe leurs convictions.

Les restaurants, les cinémas, les gyms, les salles de spectacle, les arénas rouvriront pour de bon.

Et surtout, nos enfants retourneront à l’école et pourront jouer avec leurs amis, faire des câlins à leur enseignante, reprendre le rang main dans la main pour se rendre à la récréation, flâner dans la cafétéria, pratiquer leurs sports préférés, s’embrasser en cachette des profs, coller leur gums sous leur bureau et tout ce que nous, les adultes, anciens écoliers au primaire et ados du secondaire avons pu savourer quand la vie était « normale ».

C’est ce que nous devons tous nous souhaiter collectivement…

-Jérémie Rivard

Partagez cet article:

Un commentaire sur “COVID-19 : Où en sommes-nous  2 ans plus tard?”

  • Tant que les hospitalisations paralyseront le système de santé, le retour à la normale est impossible.

    Quand on se rend compte que seulement 10% de la population est responsable de près de 75% des hospitalisations ( 40 fois moins de risque vacciné en moyenne ). Les non-vaccinés pourraient aider grandement à atteindre le but de soulager le système de santé qui demande pardon mononcle depuis déjà longtemps en arrêtant de faire leur bébé lala devant une petite aiguille.

    Malheureusement ils ont déjà démontré qu’ils préféraient se regarder le nombril peu importe le sacrifice humain ( les Aztèques seraient fiers ), pratiquant la danse du bacon à terre tout en scandant “LIBATTARDÉ!”.
    La vaccination obligatoire aiderait grandement à atteindre ce but de soulager le système de santé, mais Legault a démontré qu’il n’avait pas les cojones pour ça. Quoique j’espère qu’un jour il mette finalement ses culottes et son pieds à terre, croisons les doigts.

    Comme si les infirmières et médecins n’avaient pas déjà assez payé pour les amateurs de Roulette Russe trop absorbés par les désagréments des mesures ( dont ils sont en majorité responsables rendu à ce stade, nonobstant la note ci-basse ) à leur petite personne pour se rendre compte des conséquences bien réèlles de leurs temper tantrums.

    Pendant ce temps les grandes compagnies pharmaceutiques se frottent les mains en gardant jalousement la formule de leurs vaches à lait au lieu de faire preuve d’un seul iota de solidarité dans cette crise mondiale qui a déjà fait au delà de 5,5 millions de morts à travers le monde, dont plus de 866 000 aux États-Unis, plus que la totalité de leurs pertes durant toute la deuxième guerre mondiale.

    Ce que Shakespeare disait avec sarcasme dans Hamlet, je répète avec sarcasme:

    “Quel chef-d’oeuvre que l’homme!
    Qu’il est noble dans sa raison!
    Qu’il est infini dans ses facultés!
    Dans sa force et dans ses mouvements, comme il est expressif et admirable!
    Par l’action, semblable à un ange!
    Par la pensée, semblable à un Dieu!
    C’est la merveille du monde! l’animal idéal!”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.