Partagez cet article:

Le devoir de loyauté en éducation

Depuis les débuts de Jonathan le Prof, on me reproche souvent de repousser les limites du « devoir de loyauté » des enseignants.

Que je devrais faire attention à ce que je dis ou écrit, sous peine de subir des conséquences. Qu’un prof ne devrait pas s’exprimer publiquement sur les enjeux qui touchent sa profession.

Mais qu’est-ce que ce fameux devoir de loyauté ?

Selon Éducaloi[1], le devoir de loyauté se fonde sur l’idée qu’un employeur doit pouvoir avoir confiance en son employé, que ce soit sur les lieux de son travail ou ailleurs. Un employé doit respecter son devoir de loyauté sans égard à son domaine ou à son type de poste.

Mais cette définition est à géométrie et interprétation variable.

Dans les faits, on l’utilise surtout comme prétexte pour garder les employés plus vocaux « dans le rang ».

En autre mot, le devoir de loyauté est un concept cherchant surtout à soustraire l’employeur de toute critique. Une façon de museler la dissidence, de censurer les opinions contraires à celles exposées par le grand patron.

Je sais très bien que j’ai été critique, très critique même.

Mais en aucun cas, je n’ai été vulgaire, déplacé, méchant ou haineux envers quiconque.

Alors je veux mettre quelque chose au clair avec vous.

Je suis loyal.

Je le suis envers : moi-même, mes élèves, mes collègues, les parents, mon école, mon Centre de Services, la population.

Mais je ne suis pas loyal envers un ministre qui nous montre chaque jour qu’il vit dans un monde parallèle.

Un ministre qui se « pète les bretelles » dans les médias quand le réseau est porté à bout de bras et à bout de souffle par le personnel scolaire, du moins ce qui en reste.

Un ministre qui se vante que c’est une si « belle réussite » cette rentrée hivernale. Si ça l’est, ce n’est aucunement grâce à lui ni à son leadership. On manque de personnel partout et les jeunes testent positifs en quantité industrielle.

Alors avis à mes détracteurs, je n’ai pas l’intention de changer. Je vais continuer à faire la critique et dénoncer ce qui doit être dénoncé.

Et comme je l’ai si bien dit dans le journal Le Devoir :

« On n’est plus dans les filles de Caleb ! Les profs ont le droit d’avoir une vie, une opinion et une tribune pour l’exposer ».

– Jonathan St-Pierre, dit le Prof

P.S. Ou comme a si bien dit Marc Bergevin : Si tu veux de la loyauté, achète-toi un chien.


[1] https://educaloi.qc.ca/capsules/agir-avec-loyaute-envers-son-employeur/#:~:text=Le%20devoir%20de%20loyaut%C3%A9%20se,%C3%A0%20son%20type%20de%20poste.

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.