lune
Partagez cet article:

Oui, nous avons marché sur la lune

** Ce texte sur la conspiration des hommes sur la lune est une collaboration de M. Jérémie Rivard.  Chaque semaine, Jérémie nous présente une théorie complotiste. Enseignant au secondaire en français et en histoire, Jérémie est également l’animateur du podcast historique Sur la terre des hommes. (Podcast auquel je participe régulièrement) **

Ce texte porte, selon moi, sur l’une des plus grandes croyances non fondées de l’histoire du conspirationnisme. Le 20 juillet 1969, Neil Armstrong devient le premier homme à fouler le sol lunaire. Un rêve que l’humanité chérit depuis la nuit des temps. Pour être plus précis, depuis qu’il a levé les yeux vers le ciel en se questionnant sur cet astre, qui pour certains, est encore un objet mystérieux et fabuleux.

La preuve, cinquante ans plus tard, une masse critique croit encore que nous n’y sommes jamais allés… Le soir du 20 juillet 1969, l’humanité est en pâmoison devant leur téléviseur pour assister à, ce qui était et ce qui est toujours à mon avis, la plus grande prouesse technologique de l’Homme. Ce qui était pas moins d’une vingtaine d’années auparavant de la science-fiction est désormais une réalité.

Nous atteignons la lune et nous y marchons

Lors la première marche lunaire, Neil Armstrong, suivi de Buzz Aldrin, effectue une sortie de plus de deux heures. On y plante le drapeau américain, symbole de la victoire américaine sur l’Union soviétique dans la course vers la lune. Course que les Soviétiques n’ont jamais réellement avoué y avoir participé. Il serait absurde de croire une telle version, mais bon… la parole des Soviétiques restait toujours discutable. Nous n’avons qu’à penser à Tchernobyl, entre autres…

Au total, ce sont six missions avec sorties extra-véhiculaires, entre 1969 et 1972, totalisant douze hommes ayant marché sur la lune. Est-ce seulement moi ou ça fait beaucoup de gens à faire taire, et ce, pour des dizaines d’années? De plus, il ne suffisait pas de réduire au silence cette douzaine d’hommes, mais bien tout le personnel de la NASA travaillant sur le programme Apollo.

Alors, combien de femmes et d’hommes auront dû être contrôlés et surveillés pour le reste de leurs jours afin de ne pas divulguer LA vérité? Il s’agit de la conspiration la plus aisément explicable, même pour un néophyte qui ne connait presque rien à l’espace et la science. Mais pourquoi alors cette théorie du complot est si populaire et séduisante? Remettons-nous dans le contexte socio-politique américain des années 1970, décennie où ce complot émerge.

Un programme spatial en période trouble

Les États-Unis s’engouffre dans la Guerre du Vietnam. Malgré le fait que les Américains sont friands des conflits armés, cette guerre est loin de faire l’unanimité. Des dizaines de milliers de jeunes vies américaines sont fauchées dans ce conflit qui semble interminable et dont la majorité ne comprend pas vraiment l’intérêt.

De plus, le mouvement Peace and Love bat son plein. Les consciences s’éveillent et la génération des Baby Boomers semble vouloir prendre la place qui lui revient dans ce monde en plein essor. Du côté culturel, des films comme 2001 : L’odyssée de l’espace, du Maître Stanley Kubrick, sortit en 1968, est un succès planétaire retentissant. En 1971, le dernier James Bond : Les diamants sont éternels, montre l’agent secret alunir dans un décor lunaire saisissant pour l’époque.

Finalement, le scandale du Watergate éclabousse le gouvernement Nixon, ce qui fait en sorte que la confiance envers le gouvernement s’effrite. Le terreau est donc fertile pour le « super complot ». Voyant ce que le cinéma est en mesure de faire, les complotistes accusent aussitôt la NASA d’avoir mis en scène la marche lunaire d’Armstrong et Aldrin dans un studio d’Hollywood. Mis à part le fait que nous étions en mesure de créer une telle mise en scène, sur quoi se basent les complotistes pour faire une telle affirmation?

Le fameux drapeau

Lors de la pose du drapeau, nous pouvons remarquer que celui-ci semble flotter et bouger comme s’il y avait de l’air, voire du vent sur la lune. Explication : le drapeau en question venait tout juste d’être déplié à l’approche de son mât. Donc, il est normal que nous ayons l’impression qu’il semble balloter. En fait, il ne fait que retomber.

Deuxième argument des théoriciens du complot : le ciel lunaire ne présente aucune étoile. Nous sommes habitués à voir un ciel étoilé à tout moment lorsque nous regardons Star Wars. En réalité, la fiction est bien loin de la réalité. Lorsque les deux américains ont entrepris leur marche lunaire, c’était en plein jour. Le soleil frappant de plein fouet la surface de la lune, il est donc normal de n’apercevoir aucune étoile en arrière-plan.Troisième argument : les traces de pas semblent trop nettes.

Nous avons tort de penser que le sol lunaire est composé de sable comme celui que nous retrouvons à la plage. En réalité, la lune est recouverte d’une poussière appelée : régolite. Cette poussière est semblable à de la cendre volcanique, donc rien à voir avec le sable ou du sable mouillé.

Des arguments qui ne tiennent pas la route

Plusieurs autres arguments ont été exposés par la complotistes, mais qui honnêtement ne méritent pas de mention. Deux arguments viennent prouver que l’Homme est allé sur la lune, et ce, à de nombreuses reprises pendant trois années. En premier lieu, les centaines de kilos de roches lunaires que les équipages ont rapportées.

D’où sortent-elle au juste? Des décors de James Bond ou de ceux de Kubrick? Finalement, comme j’ai mentionné au début de ce billet, l’assurance du silence de centaines, voire de milliers de personnes pendant plus de cinquante ans. Comment voulez-vous qu’un gouvernement, aussi puissant soit-il, puisse s’assurer qu’aucune fuite ne finisse par se rendre aux médias afin de fournir des preuves tangibles que nous ne sommes jamais allés sur la lune entre 1969 et 1972?

C’est tout simplement impossible. Renier ce fait historique, c’est cracher sur l’exploit technologique et humain sans précédent que notre espèce a su réaliser il y a de cela cinquante ans.

-Jérémie Rivard

À lire également:

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *