exorcisme
Partagez cet article:

L’exorcisme d’Anneliese Michel: Délivre-nous du Mal

** Ce texte sur l’exorcisme d’Anneliese Michel est une collaboration de M. Jérémie Rivard.  Chaque semaine, Jérémie nous présente et analyse une théorie complotiste. Enseignant au secondaire en français et en histoire, Jérémie est également l’animateur du podcast historique Sur la terre des hommes. (Podcast auquel je participe régulièrement) **

Peu importe si nous sommes croyants ou non, les histoires d’exorcisme ont toujours un petit quelque chose qui vient piquer notre curiosité.

Est-ce notre passé judéo-chrétien qui provoque cette envie de rechercher sur certains cas en particulier ou bien simplement notre côté voyeur qui tente de mettre en lumière ces événements paranormaux ?

Les experts du paranormal s’entendent sur une statistique. Quatre-vingt-quinze pour cent des événements paranormaux peuvent être démontés et explicables. Un maigre cinq pour cent persiste.

Malgré ce faible taux, il reste encore aujourd’hui des événements qui échappent à notre entendement. Est-ce le cas d’Anneliese Michel ?

Une histoire d’exorcisme célèbre

Anneliese Michel exorcisme
Anneliese Michel / photo: the crime files

Le cas de possession démoniaque d’Anneliese Michel est sans contredit le plus connu et documenté de tous. À première vue, Anneliese Michel ne démontrait aucun signe qui laissait présager qu’elle serait un jour victime d’un tel mal.

La jeune Anneliese grandit dans une famille très croyante de Klingenberg am Main, près de Francfort, en Allemagne. Fillette devenant ensuite adolescente, Anneliese ne démontre aucun signe de troubles mentaux.

Elle est une jeune fille joviale, studieuse et croyante. La fierté de ses parents Josef et Anna. Cependant, en entrant dans l’âge adulte, vers l’âge de vingt ans, elle commence à démontrer de nouveaux traits de personnalité qui surprennent ses proches.

Nous sommes en 1973. Anneliese commence à proférer des injures, ce qu’elle n’avait jamais fait auparavant. Elle refuse de s’alimenter comme il se doit et par-dessus tout, elle délaisse peu à peu les pratiques religieuses si chères à la famille Michel.

C’est la sonnette d’alarme pour Anna et Josef Michel. Jamais leur fille n’aurait renié le Seigneur. De plus, elle éprouve des raideurs et est prise de convulsions.

Malgré ce que nous pourrions croire, ses parents ne sont pas fermés à la science moderne. Ils consultent un médecin qui diagnostique à la jeune femme l’épilepsie. Un médicament devrait faire l’affaire. Au contraire, tout s’effondre.

Les choses ce compliquent

Le quotidien d’Anneliese est de plus en plus difficile. Ses crises s’accentuent, elle confie à sa famille qu’elle voit des démons. Pour des gens aussi pratiquants, les démons ne sont pas à prendre à la légère.

Comme tous parents responsables, ils ont, en premier lieu, fait appel à la médecine afin de soulager leur fille. La prochaine étape devra passer par des moyens plus radicaux afin d’éloigner le Malin : l’exorcisme.

Josef et Anna Michel font appel à un prêtre afin qu’il procède à un exorcisme. Ils firent appel au prêtre Ernst Alt qui demanda à ses supérieurs hiérarchiques la permission de pratiquer un exorcisme sur la jeune femme.

D’après ses observations, il conclut qu’Anneliese n’avait pas l’air d’une personne présentant des signes de désordres psychiatriques. En 1975, après que l’archevêché prit le temps d’examiner le cas d’Anneliese Michel, on conclut qu’un exorcisme était le seul et unique moyen de la libérer.

Le Grand exorcisme

Les Michel arrêtèrent donc d’administrer la médication à leur fille. Accompagné du père Arnold Renz, qui résolut qu’elle était possédée par six entités différentes, dont Satan, Hitler, Caïn et Néron, pour ne nommer que ceux-là, Alt entreprit le premier exorcisme basé sur le rituel romain.

Ce type d’exorcisme que l’on peut nommer aussi comme étant le Grand exorcisme, est une cérémonie liturgique où prières, incantations et l’utilisation de l’eau bénite font partie des pratiques.

En moins d’un an, entre 1975 et 1976, Anneliese Michel se fit exorciser pas moins de soixante-sept fois. Se privant de se nourrir et de boire, elle rendit l’âme le 1er juillet 1976.

Les parents et les deux prêtres seront mis en accusation devant ces tristes événements. Y a-t-il eu négligence dans le cas d’Anneliese Michel ?

Aux yeux de la médecine, la jeune femme souffrait bel et bien d’épilepsie et de dépression au moment où les exorcismes ont débuté. La schizophrénie et la psychose n’étant pas non plus à exclure.

Les accusés, pour leur part, se servirent de plusieurs dizaines de cassettes d’enregistrement audio où l’on entend Anneliese pendant les exorcismes. On peut y entendre différentes voix de plusieurs langues différentes.

Dans l’un d’eux, les prêtres affirment que nous pouvons même entendre deux entités différentes qui s’interpellent. Au bout de plusieurs jours de procès, le quatuor n’écopa que de quelques mois de prison avec sursis.

 Que s’est-il passé dans le cas d’Anneliese Michel ?

Est-elle la preuve que les cas de possession diabolique existent ? Ou bien, est-elle la preuve que l’aveuglement religieux de l’entourage et de la victime elle-même a eu raison de cette dernière ?

N’en déplaise aux plus croyants d’entre vous, je pencherais sur cette dernière hypothèse. La piété exacerbée de la famille Michel, malgré d’avoir consulté un spécialiste au début des symptômes, a joué, selon moi, un grand rôle dans la descente d’Anneliese.

Même cette dernière réclamait à être exorcisée. Devant l’incapacité de la médecine de l’époque à guérir ses maux, la famille s’est plongée tête première dans ce en quoi elle croyait le plus profondément : la religion.

Se privant de se nourrir et de boire pour, semble-t-il, affaiblir les démons qui l’habitaient, Anneliese Michel, sa famille et les prêtres exorcistes ont foncé droit dans un mur. Depuis, les rituels d’exorcisme se sont modernisés.

Le Vatican encourage la voie de la médecine pour libérer ses fidèles. Nous pouvons donc affirmer que les voies du Seigneur ne sont pas éternellement impénétrables.

Continuez votre lecture:

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *