franc maçons
Partagez cet article:

Les francs-maçons : des coupables idéaux

** Ce texte sur la théorie des francs-maçons est une collaboration de M. Jérémie Rivard.  Chaque semaine, Jérémie nous présente et analyse une théorie complotiste en lien avec l’histoire. Enseignant au secondaire en français et en histoire, Jérémie est également l’animateur du podcast historique Sur la terre des hommes. (Podcast dans lequel je suis co-animateur) **

Tous ont entendu ce terme, mais bien peu savent vraiment qui ils sont. Aujourd’hui, nous allons nous plonger dans la plus mystérieuse et énigmatique des sociétés secrètes.

Un groupe qui a traversé les siècles en cultivant le mystère sur ses pratiques, ses rituels et bien sûr ses réels desseins. Nous ne savons pas exactement en quelle année est née la franc-maçonnerie.

Cette information est certainement connue des initiés eux-mêmes. Plusieurs théories situent sa création à l’époque de la construction des grandes cathédrales européennes du Moyen-Âge ; d’autres la situent beaucoup plus tôt, à l’époque de la construction des grandes pyramides.

De grands noms ont pu intégrer les loges : George Washington, Thomas Jefferson, Andrew Johnson, Theodore Roosevelt, Franklin Delano Roosevelt, Gerald Ford et plusieurs autres.

L’origine de tous les complots

Vous aurez remarqué que ces hommes ont tous été président des États-Unis. Depuis presque quatre cents ans, ils sont accusés sur tout et rien à travers le monde. Dès qu’un événement improbable ou étrange survient, les francs-maçons sont montrés du doigt.

La plus récente accusation contre eux est bien entendu la pandémie de Covid-19. C’est exaltant d’écrire ces mots. Je crois écrire sur les vraies responsables de tant de conspirations à travers les Âges, mais il n’en est absolument rien. Les francs-maçons sont le Club Optimiste du 17e siècle.

Loin de moi l’idée d’insulter voire de diminuer l’importance et l’influence des francs-maçons, mais aujourd’hui, je vois littéralement la franc-maçonnerie comme un club social tel que les Chevaliers de Colomb ou le Club Richelieu.

Toutefois, je ferais preuve de lâcheté intellectuelle si je mentionnais que les francs-maçons n’ont rien accompli à travers les siècles. Il fut un temps où leur influence était considérable. Les loges américaines de la deuxième moitié du 18e siècle sont quasiment responsables de la création des États-Unis.

La déclaration d’indépendance des francs-maçons

Des cinquante-six signataires de la Déclaration d’indépendance américaine, plus de cinquante faisaient partie de la société secrète.

Peut-on émettre l’hypothèse que le fait d’être franc-maçon n’était que banal à cette époque ? Pour y répondre, il faut d’abord connaître ce qu’est la franc-maçonnerie.

Qu’est-ce que la franc-maçonnerie au juste ? Elle se décrit elle-même comme une association philanthropique et philosophique. Son but premier est d’œuvrer au bien et au progrès de l’humanité.

Dans cette optique, les francs-maçons peuvent investir dans une multitude de domaines. Les origines de la franc-maçonnerie sont nébuleuses. Comme il fut mentionné précédemment, plusieurs situent la fondation de l’ordre il y a plusieurs millénaires, lors de la construction des pyramides du plateau de Gizeh.

Pour d’autres, c’est plus tard dans l’Antiquité, plus précisément lors d’événements marquants de l’Ancien Testament. On raconte que la société serait née lors de la construction de l’arche de Noé ou bien celle du temple de Salomon.

Deux constructions légendaires qui certainement auraient demandé de grandes connaissances. Cependant, il n’en reste aucune trace. Bien difficile de prétendre qu’elles ont bien existé.

Des origines datant de milliers d’années

Il y a aussi la piste de Pythagore, l’un des précurseurs de la géométrie, qui vécut au 4e siècle avant Jésus-Christ. Vint ensuite le Moyen-Âge. Les Croisés, qui ont parcouru l’Europe jusqu’en Terre Sainte entre les 12e et 14e siècles, ont aussi la rumeur qui leur colle à la peau.

De leur nom officiel, les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon amènent un indice qui relie l’ordre militaro-religieux au temple mythique.

 Finalement, la dernière rumeur sur l’origine des francs-maçons, et la plus populaire appuyée par les membres eux-mêmes, viendrait de l’époque de la construction des cathédrales d’Europe, pendant le Moyen-Âge ainsi que pendant la Renaissance.

Il suffit d’entrer dans l’une d’elles afin de constater le génie architectural qui saute aux yeux. Le Moyen-Âge est considéré par plusieurs comme une période sombre où aucun réel progrès n’a été observé suite à l’Antiquité, voire que les sociétés ont régressé, mais il n’en est rien pour ma part.

Cette période historique est fascinante et l’une des nombreuses raisons est la construction des cathédrales. Plusieurs décennies étaient nécessaires afin d’achever ces chefs-d’œuvre d’architecture qui n’ont rien à envier aux bâtiments modernes.

Les cathédrales des francs-maçons

Constituées en grande partie de pierres taillées, les cathédrales sont devenues le symbole de la puissance et de l’omniprésence du christianisme. Je vais tenter de ne pas trop m’éloigner du sujet de base, laissons la religion au banc pour quelques semaines.

Lors de leur construction, ceux qui captaient fortement l’attention étaient, vous vous en doutez bien, les maçons ou tailleurs de pierre comme on les nommait à l’époque.

Ces édifices ont été construits généralement entre l’an 800 et 1600, que l’on pense à Notre-Dame de Paris dont la première pierre fut installée en 1163 et à celle de Reims en 1211.

Le métier de tailleur de pierre était connu de tous, mais jamais on ne les aurait cru capables de telles prouesses technologiques. Ayant comme consigne de la part de l’Église de rendre Grâce au Seigneur par tous les moyens possibles, les architectes firent monter les cathédrales le plus haut qu’ils puissent atteindre, non seulement vu de l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de celles-ci. Une question se posait alors : comment faire en sorte de se rendre si haut sans que tout ne s’écroule ?

Les maçons proposent l’idée d’une structure montée sur des ogives et surplombée d’une clé de voute en son centre qui absorberait tout le poids, soit plusieurs dizaines de tonnes de pierre. 

L’idée est ingénieuse, mais risquée avec les moyens existants à l’époque. Toutefois, ce fut la solution. Aussitôt découverte, la clé de voute se répand dans toute l’Europe et des dizaines de majestueuses cathédrales s’érigent. Pourquoi je vous parle de tout cela ?

La raison est que suite à ces nombreuses prouesses qui tiraient totalement de l’impossible, les maçons se réunissent dans des associations afin de partager leur savoir.

Les écossais mènent la charge

C’est le début officiel de la franc-maçonnerie comme institution à mon avis. Remarquez bien que je n’affirme rien, mais les dates concordent. La première loge franc-maçonnique aurait été instituée en 1599, à Édimbourg, en Écosse, donc vers la fin du temps des cathédrales.

Ce sont principalement entre les 17e et 20e siècles que la franc-maçonnerie connait son apogée. Délaissant de plus en plus la maçonnerie, les loges se concentrent davantage sur l’entraide, le bien commun, la connaissance, etc.

Il se transforme tout doucement en club social comme plusieurs autres où rituels légers, poignée de main secrète et quelques rencontres ici et là en forment le corps actuel.

Pour conclure, la franc-maçonnerie n’a rien d’extraordinaire si on s’y arrête un peu. Devant l’incompréhension devant cette société secrète dont les secrets sont tout de même difficiles à percer, les non-initiés peuvent crier à la conspiration impliquant les francs-maçons.

N’oubliez pas, nous sommes toujours portés à ressentir de la crainte envers quelque chose que nous ne connaissons pas. Les francs-maçons sont le parfait exemple et les coupables idéals.

Jérémie Rivard

Continuez votre lecture:

Partagez cet article:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *